Copyright © 2018 CTCA. Diego Costier, All rights reserved.               L'ensemble de ce site (contenu et présentation) constitue une œuvre protégée par la législation suisse et internationale en vigueur sur le droit d'auteur. Aucune photo ne peut être reproduite en entier ou en partie sans une autorisation écrite.

AYURVÉDA

DÉFINITION

Ayurvéda (sanskrit: ayur = vie, veda = science, connaissance) est la médecine traditionnelle de l’Inde antique, dont les principes ont été transmis au cours des millénaires. Différentes pratiques de massage sont des composantes centrales de l’Ayurvéda.

 

ORIGINE

L’Ayurvéda ou la «Science de la vie» est une médecine holistique qui fut déjà pratiquée selon les Védas (écrits sacrés) dans l’Inde antique, il y a 5000 ans. Elle est connue comme étant le plus ancien enseignement sur la santé humaine, la maladie et la guérison. Les recueils de base sur l’Ayurvéda, les Samhitas, furent écrits entre 1500 avant J.C. et 800 après J.C., période significative de l’épanouissement de l’Ayurvéda. Hippocrate, le représentant scientifique le plus marquant de la Grèce antique, se référerait aux méthodes ayurvédiques, de même que les anciens Égyptiens et les médecins arabes du Moyen-Âge. L’Ayurvéda représente la base de la Médecine Traditionnelle Chinoise exercée jusqu’à présent.

 

PRINCIPES

La médecine ayurvédique est un système holistique de santé. L’être humain est considéré comme une unité liant corps, esprit, comportement et environnement. En premier lieu, l’Ayurvéda s’intéresse non seulement à la préservation et au maintien de la santé, mais aussi à la guérison des maladies. Le concept ayurvédique repose sur les «cinq grands éléments»: l’éther (ou espace), l’air, le feu, l’eau et la terre. Toute chose de l’univers naît de ces éléments, tout comme l’être humain et son environnement. Les bioénergies de ces cinq éléments sont regroupées dans les trois «Doshas» (trois énergies vitales). Chaque dosha est la combinaison de deux des cinq grands éléments, dont l’un est dominant: l’air et l’éther pour le dosha Vata, le feu et l’eau pour le dosha Pitta et la terre et l’eau pour le dosha Kapha. Le Vata étant le mouvement et le flux, qui détermine toutes les fonctions physiques du corps. Le Pitta, qui détermine la digestion et le métabolisme, régule aussi la température corporelle. Le Kapha détermine l’hydratation dans le corps et renforce les défenses immunitaires naturelles. Chaque organisme possède une combinaison individuelle des trois doshas. Cependant, ces composantes n’étant pas statiques, elles se modifient constamment en fonction, par exemple, des heures de la journée ou de la saison, de l’alimentation, de l’âge et des émotions.

 

Les doshas sont donc des systèmes de base de commande et de régulation définissant la constitution de l’être humain. Ils commandent ainsi tous les processus physiologiques et psychologiques. L’équilibre des doshas génère la santé, tandis que le déséquilibre de ces trois énergies sera une cause de maladies. Peu importe que les trois doshas soient répartis dans l’organisme en proportions égales. Chaque être humain présente un type de constitution individuelle et donc une constellation dosha idéale («Prakriti»).

 

D’après le dosha prédominant de son patient, le médecin ayurvédique le définira comme étant de type Vata, Pitta ou Kapha. Ces types traduisent certaines forces ou faiblesses, préférences ou aversions, dispositions à des maladies ou possibilités de réaction du corps. Par exemple, les types Vata sont prédisposés à la constipation et à la peau sèche, ils sont enthousiastes et possèdent une constitution physique plutôt légère. Les types Pitta travaillent de manière systématique, ils ont une aversion à la chaleur et sont entre autres facilement irritables. Les types Kapha ont une faible sensation de faim, à côté de cela ils ne perdent pas facilement leur calme et ont un long sommeil profond.

 

L’harmonie et l’équilibre du corps avec son environnement sont déréglés («Vikriti»), lorsqu’un individu n’adapte pas son mode de vie aux besoins physiques et spirituels définis par les doshas. Lorsque les doshas sont en excédent, ils peuvent s’accumuler, se répandre et se disséminer dans le corps, pour se localiser finalement dans une autre partie du corps. C’est là que des symptômes physiques se manifesteront ensuite et que la maladie se déclarera.

 

Images prisent lors d'une formation ayurvédique en Inde, 2009.

 

TABLE DE TRAITEMENT